BUG de Paris

Le premier Blender User Group parisien

Compte-rendu du BUG 3 février 2018

Jean-Pascal M. a fait une présentation de ce qu’il réalise avec l’add-on Sverchok à partir de données sur la consommation ou la pollution, par exemple.

On l’installe depuis le fichier qu’on a préalablement téléchargé et on l’active dans les « User Preferences ».

Puis il a montré comment utiliser l’add-on sur des segments avec des coordonnées aléatoires : Le node « Line MK2 », du menu « Add> Generator », permet de choisir le nombre de points et l’espace entre eux avec « step ». Il est relié au « viewer Draw » (menu « Add > Viz ») par les paramètres « Vertices ». Relier les paramètres « Eges » de chaque node permet d’avoir les segments entre les points (Vertices).

Entre eux, on ajoute les nodes « Vector out » et « Vector in », du menu… « Add > Vector ». Le node « Random » vient du menu « Add > Number » et est relié à l’axe Z du node Vector in. Avec « count », on indique le nombre de points touchés, et on varie « seed » pour des résultats différents.

Le « viewer Draw » permet un aperçu, alors que le « viewer Bmesh » donne la véritable image. Mais attention : ici, nous n’avons que des points, pas de faces, donc le résultat ne donnera rien. On peut par exemple utiliser le modifier « Skin » pour donner du volume.

On peut aussi créer rapidement des points, par exemple en forme de sphère (dans le menu « Add > Generator »), et visualiser les données chiffrées grâce au node « viewer Index ».

Mieux encore, on peut utiliser des fichiers csv (réalisés avec un tableur, de préférence Calc, de la suite open Office ou libre Office) pour intégrer des données qui seront ensuite transformées en graphiques.

Bref, l’add-on Sverchok est un outil puissant qu’on peut utiliser de différentes manières, une fois qu’on en maîtrise les subtilités. Une petite dose de mathématiques, à travers des formules, et éventuellement des scripts python, lui apporteront encore plus de possibilités.


Doudoulolita en a profité pour lui demander d’appliquer tout cela à un logo en couleurs pour pouvoir l’imprimer ensuite en 3D. Les hauteurs sur l’axe Z dépendent des données RVB et alpha du logo.


Categorised as: Comptes rendus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *